Aller au contenu
Accueil » Technique » Putting » Comment devenir un pro du putting

Comment devenir un pro du putting

Un des compartiments les plus importants au golf est le putting. Si vous avez besoin d’être convaincu, d’un point de vue comptable, le putter est le club le plus souvent utilisé sur un parcours de golf, même par les professionnels. D’un point de technique, le putting est le secteur où les amateurs peuvent complètement s’inspirer des professionnels. Car aucune qualité physique n’est requise pour bien putter. Alors découvrez la marche à suivre pour enfin putter comme un pro !

Bien putter : une lutte avant tout contre vous-même

La première chose que vous devez changer si vous souhaitez devenir expert du putting : votre état d’esprit.

Cela passe par plusieurs étapes indispensables.

Jugez vos performances avec discernement 

Après une partie, il vous arrive peut-être de vous dire que vous avez mal putté. Surtout si après la partie, vous avez décidé de vous consoler en regarder une compétition du PGA Tour ou du DP World Tour. Mais en réalité : est-ce une vue de l’esprit ou une contre performance golfique ?

Je vous rassure. Dans la grande majorité des cas, nous sommes sur une mauvaise appréciation de la réalité.

Quoi de mieux que de regarder les statistiques des professionnels pour avoir un point de comparaison.

Pourcentage de réussite au putting sur le tour américain sur la saison 2022
Distance (cm) Putts rentrés (%) 2 putts (%) 3 putts ou + (%)
30 100% 0% 0%
90 96% 4% 0%
150 76% 24% 0%
210 56% 43% 0%
300 38% 61% 1%
450 23% 76% 1%
600 15% 83% 2%
750 10% 87% 3%
900 7% 88% 5%
1200 4% 86% 10%

Quels sont les enseignements à retenir des chiffres réalisés par les golfeurs professionnels du tour américain ?

Premier enseignement important : même les joueurs pro ratent des putts !

A 2 mètre 10, seulement 1 putt sur 2 est rentré. Et cela passe à un peu plus de 1 sur 3 dès lors que l’on atteint la distance de 3 mètres !

Il leur est aussi possible de rater des putts de 1 mètre.

A partir de 12 mètres, l’objectif pour un joueur professionnel est de humblement de faire au minimum 2 putts.

routine putting

Développez une routine pour éviter de cogiter avant chaque putt

Vous avez du remarquer que les joueurs professionnels passent beaucoup de temps sur le green avant de putter. Cette phase de préparation est appelée routine.

Ce terme est important sémantiquement parlant. Car il indique la volonté du golfeur à répéter la même séquence de gestes pendant la phase de putting.

Mais quel est le gain espéré ?

Principalement, évacuer la pression en rassurant le cerveau du joueur sur le fait que nous sommes face à un putt comme un autre. Et cela que le putt soit de 80 centimètres ou de 15 mètres.

Les composantes de votre routine de putting dépendront exclusivement des points importants que vous souhaitez valider (dosage, ligne de putt, lecture des pentes…) avant de réaliser le coup.

Ayez une seule intention au moment de la frappe : centrer la frappe de balle

La phase de préparation de votre putt vous a permis de choisir une direction et une intensité. Vous avez une seule chose à faire désormais pour réaliser un bon coup : centrer votre frappe. Car comme tous les autres clubs, les putters disposent aussi d’une zone de frappe idéale (sweed spot) plus ou moins importante en fonction de la tolérance accordée par le club.

Une statistique qui devrait vous convaincre définitivement de l’importance du centrage de balle au putting. Un putt décentré aura seulement 1 chance sur 10 de rentrer dans le trou… Car un décentrage de balle aura une influence sur la trajectoire de balle et la distance qu’elle va parcourir.

Voici un exercice qui vous aidera à améliorer votre centrage de balle au putting.

Les fondamentaux du putting

Il existe quelques de règles de base à respecter pour avoir de la régularité dans ces putts.

Imprimer du topspin à la balle au putting

On parle souvent de backspin au golf. Car c’est l’effet qui sera imprimé à la balle par la grande majorité des clubs. Il existe une exception à la règle : le putter.

Mais avant d’aller plus loin, savez-vous ce qu’est-ce que le topspin ?

Le topspin est un effet qui consiste à faire tourner la balle vers l’avant.

Au putting, cela va nous apporter 2 éléments intéressants pour gagner en performance immédiatement :

  • une meilleure qualité de roule. Une balle qui saute sur le green aura très peu de chance de rentrer dans le trou,
  • une sorte de phénomène d’aspiration de la balle par le trou. Si la balle dispose un effet vers l’avant (topspin) lors d’un putt, même en ralentissant, elle va conserver cette envie de continuer à avancer. Surtout au moment où elle va arriver aux abords du trou.

Le tout est de savoir comment imprimer du topspin à votre balle. Tout simplement en frappant la balle avec un angle d’attaque remontant. Cela ne vous rappelle pas quelque chose : le driving.

En réalité, nous sommes dans une cohérence globale au niveau du swing. Où nous avons un angle d’attaque très vertical (descendant) avec les clubs ayant un loft important (wedges).

Pour arriver à un angle d’attaque remontant pour les 2 clubs disposant des lofts des lofts les faibles du sac : le driver (entre 9 et 15 degrés) et le putter (aux alentours de 3 degrés).

réussir à rentrer la balle au putting golf

Une bonne position devant la balle au putting pour plus de régularité

Même si la position à l’adresse reste relativement standard au putting, elle nécessite un certain nombre d’adaptation.

Un stance de putting pour vous aider à mieux doser

Traditionnellement, on dit que le bon stance (écartement des pieds) correspond à la largeur des épaules du joueur. Cela peut varier au driving où plus de largeur apporte de la puissance, ou au petit jeu où un stance plus serré apporte de la précision.

Mais vous, instinctivement, qu’avez-vous choisi comme largeur de stance pour votre putting ?

Sans être mentaliste, je parierai que vous avez optez pour un stance assez rapproché. Rassurant, confortable. J’ai aussi fait le même choix.

Mais attention tout de même à ne pas trop exagérer.

Car vous risquez de payer cette sensation de stabilité par un manque de repère pour doser la longueur de vos putts, surtout sur longue distance.

Cela vous rappelle quelque chose ? Revenez à un stance plus proche de celui de vos fers courts.

Les yeux au dessus de la balle

Au niveau de la position, le putting nécessite d’être beaucoup plus près de la balle que d’accoutumé. Vos yeux doivent se positionner sur la balle ou la ligne de jeu.

Vous pouvez vérifier simplement si vous êtes bien positionné en faisant l’exercice suivant.

Prenez une balle. Mettez vous en position de putting. Placer cette balle devant un de vos yeux et laissez la tomber. Elle doit retomber sur la ligne de jeu et très proche de la balle que vous vous apprêter à jouer.

Cette position va limiter les mouvements parasites du corps pour gagner en stabilité. Vous pourrez vous concentrer sur la traversée de la balle avec les épaules tout en gardant un bas du corps stable.

Mais surtout, vous aurez plus de facilité à mettre votre arc de swing dans le bon plan. Quoi de plus frustrant que de voir ces balles s’échapper immédiatement de leur trajectoire à cause d’une mauvaise position de départ !

Le dosage et la lecture des pentes : les deux mamelles du putting

Voici deux postulats à avoir en tête pour devenir un expert au putting :

  • un putt est la combinaison d’un dosage de balle et d’un alignement,
  • tous les putts sont en ligne droite. Les pentes du green et le grain de l’herbe se chargeront de faire le reste en terme de trajectoire.
dosage putt

Le dosage, l’arme maîtresse au putting

Le dosage est au putting l’élément le plus important. Mais surtout, c’est le plus simple à développer de part son aspect plus technique que la lecture de pentes. Comme quoi même au golf, une bonne nouvelle peut en cacher une autre.

Les images valant mieux qu’un grand discours, je vous conseille de regarder ce tutoriel vidéo. Tellement simple et efficace à mettre en place dans votre golf.

Un bon dosage au putting grâce à un stroke en accélération régulière

Même s’il est simple à corriger, le pire des défauts au petit jeu au golf est de décélérer.

Cela se traduit au putting par une sorte de coup de fusil, donnant une balle sans spin qui glissera très longtemps sur le sol, à l’image d’un top.

Les causes de cette décélération : la peur inexplicable d’être trop long.

Le cerveau va envoyer au main une injonction naturelle de corriger le tir en bloquant immédiatement le geste. Autant vous dire que cela relève de la fausse bonne idée. Cela maximise les chances de réaliser un coup beaucoup trop fort, chose que l’on voulait absolument éviter. De quoi provoquer une tempête sous la casquette !

Pour y remédier et avoir un rythme le plus régulier possible, obligez vous à avoir au putting une traversée deux fois plus longue que votre backswing. En réalisant ce type de geste, vous allez travailler naturellement votre rythme en accélérant progressivement dans la balle sans vous en rendre compte.

Viser derrière le trou pour performer

Même si j’ai l’impression d’enfoncer une porte ouverte, au putting, l’objectif est dépasser le trou. Cela offre une chance de rentrer la balle tout minimisant les erreurs de dosage. Car en tant que golfeur amateur, il y a toutes les chances que naturellement vous restiez court du trou.

Pour muscler légèrement votre putting, rien de plus simple.

Choisissez systématiquement une cible entre 30 et 50 centimètres derrière le trou pour réaliser votre coup. Je vous assure que rapidement, votre carte de score va grandement s’améliorer.

La lecture des pentes, un casse-tête chinois ?

Lorsque l’on arrive sur le green, un sentiment étrange peut nous envahir. Un sorte de mélange entre joie d’avoir atteint un premier objectif et d’effroi face à la difficulté du putt qui s’annonce (distance, pentes).

Au premier abord, voici à quoi pourrait ressembler la trajectoire du putt dans votre esprit.

casse tête lecture des pentes putt golf

Intégrez la lecture du green dans votre routine de putting

La première chose à faire en arrivant sur le green : prendre les informations sur le putt que vous allez devoir réaliser. Cela commence dès votre marche vers la balle pour la marquer.

Les pentes sous toutes les coutures

Un putt peut se décomposer en trois phases durant lesquelles la pente va voir une influence très différente :

  • la première moitié, où la balle aura suffisamment de vitesse pour ne quasiment pas subir les effets des pentes, notamment latérales,
  • la seconde partie du putt pendant laquelle la balle va commencer à épouser de plus en plus rapidement la trajectoire des pentes,
  • la fin du putt. Même si la balle est quasiment sans vitesse, elle va suivre de manière exagérée la pente. Au point que je me suis déjà vu rentrer par l’arrière du trou des putts en montée avec de fortes pentes latérales.
Validez la ligne de putt

Nous avons vu que tous les putts devaient s’effectuer en ligne droite.

Pour réaliser ce coup technique, vous devez prendre un point de visée sur le green illustrant un point de passage de la balle. Ce dernier sera votre point de visée que la balle devra traverser.

Pour vous aligner correctement, vous avez le choix entre :

  • placer votre tête de putter vers cette cible et vous organiser après autour du club comme vous le feriez avec n’importe quel autre club,
  • vous servir d’un trait d’alignement sur la balle de golf pour la placer dans la ligne de jeu. Ce trait peut être celui imprimé par les fabricants. Mais vous avez aussi la possibilité d’en réaliser un à l’aide d’un marqueur indélébile prévu à cet effet. Pour les rares fois que les règles de golf autorisent une aide, autant en profiter !

4 commentaires sur “Comment devenir un pro du putting”

  1. Bonjour, très intéressant ce rapport entre les différents paramètres, permettant de poser les bases simples d’une routine paraissant facile à mettre en place.
    Un plaisir pédagogique.
    Merci tout simplement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *